Le Forum de l’investissement commercial Afrique-Japon s’achève à Addis Abeba

Les participants au Forum de l investissement commercial Afrique-Japon

Les participants au Forum de l investissement commercial Afrique-Japon

LONDRES, 1er septembre 2015-/African Media Agency (AMA)/- Plus de 450 dirigeants japonais et africains se sont réunis à Addis-Abeba cette semaine à l’occasion de l’Africa Japan Business and Investment Forum, http://ic-events.net/event/africa-japan/). Le Forum, qui se tenait pour la première fois sur le sol africain, était co-organisé par le magazine panafricain African Business et Nikkei Business, qui a récemment fait l’acquisition du Financial Times.

L’événement de trois jours à Addis-Abeba a vu se succéder de nombreux intervenants de haut niveau, dont le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, l’ancien président du Mozambique, Joaquim Chissano, et des personnalités japonaises et africaines.

Le message était clair : l’Afrique est ouverte aux investisseurs et désire s’impliquer avec des partenaires du monde entier. Les Japonais ont une offre unique en matière de savoir-faire et de travail, par exemple en termes d’éthique et de bonne gouvernance. Les délégués japonais et africains ont convenu que l’engagement du Japon dans le continent africain pourrait être plus solide, arguant des différences culturelles et du fait que les négociations au Japon impliquent souvent une prise de décision plus lente. Cependant, une fois ces décisions prises pour investir, les engagements reposent sur la loyauté et la confiance, et sont conclus dans une perspective de long terme.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles le Japon semblait en retard par rapport à d’autres pays, notamment la Chine, pour investir en Afrique, le vice-président du département Afrique de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), Hiroshi Kato, a souligné un certain nombre de facteurs. Concernant ce qui est perçu comme une « implication timide », il a rappelé aux délégués qu’au milieu des années 1990 et au début des années 2000, au moment où la croissance africaine commençait à prendre son essor, le Japon entrait dans une longue période de récession. « L’objectif principal des entreprises japonaises était alors de se replier plutôt que de choisir l’expansion. Les entreprises étaient donc bien plus centrées sur elles-mêmes. Lorsque le Japon a commencé à se tourner vers l’extérieur, son attention s’est portée sur “son voisinage immédiat”, c’est-à-dire les marchés asiatiques tels que la Chine, l’Indonésie et le Vietnam ».

L’agence JICA étant l’une des principales institutions japonaises conçues pour promouvoir les investissements sur le continent africain, que ce soit dans le cadre de l’aide étrangère ou de l’engagement du secteur privé, il a cité plusieurs facteurs d’attractivité. « Ces facteurs sont liés à la population vieillissante du Japon et à la nécessité d’une expansion à l’étranger pour la croissance des sociétés japonaises. Nous avons une vision positive de l’Afrique. Nous décelons une nouvelle attitude et un nouvel esprit de dynamisme et de volonté d’agir en Afrique » a-t-il déclaré.

Le Dr. Arkebe Oqubay, conseiller spécial du Premier ministre d’Éthiopie, a déclaré que les engagements japonais présentaient de nombreux avantages. Au cours de sa longue histoire avec l’Éthiopie, a-t-il poursuivi, les Japonais ont toujours respecté leurs partenaires dans le cadre des besoins de chaque pays. « L’investissement japonais est souvent meilleur à cause du fort respect des lois et de la haute qualité de leur travail. En outre, le transfert de connaissances est considérable. Nous pouvons en bénéficier lors de nos interactions avec nos homologues japonais. »

L’un des moments forts du Forum a été une présentation commune de Kenichi Ohno, professeur à l’Institut national de hautes études politiques et Gehatun Tadesse, qui dirige l’Institut kaizen éthopien. Le kaizen est une philosophie japonaise d’amélioration continue, aboutissant à de grands progrès dans la productivité et permettant aux sociétés japonaises d’être en tête dans de nombreux domaines. La philosophie kaizen, avec son insistance sur l’accroissement de l’efficacité des processus, est une technique qui a permis à des sociétés telles que Toyota de devenir le plus grand fabricant automobile du monde.

L’Éthiopie, par l’intermédiaire de son institut, a formé plus de 40 000 personnes au cours des trois dernières années, y compris des managers et des commerciaux. Les économies réalisées en matière de productivité sont estimées à environ 100 millions de dollars, grâce à des processus plus efficaces et une attitude tournée vers l’efficacité.

Omar Ben Yedder, éditeur de African Business et l’un des animateurs du Forum, a déclaré : « Cet événement a préparé la voie pour TICAD VI qui aura lieu l’an prochain à Nairobi. Personnellement, j’ai beaucoup appris sur la manière japonaise de faire des affaires, et à l’heure où nous voyons les investissements grandissants de sociétés japonaises au Mozambique, au Kenya, en Ethiopie et ailleurs en Afrique, tous les ingrédients sont réunis pour la croissance de ce partenariat. »

Distribué par African Media Agency (AMA) pour l’African Business Magazine.

Note aux éditeurs

Dans le dernier numéro du magazine African Business, le Premier Ministre éthiopien, M. Hailemariam Desalegn, s’exprime sur le développement socio-économique, entre autres thèmes liés au Plan inclusif de croissance et de transformation de son pays. Dans cet entretien, le dirigeant éthiopien expose ses opinions sur la démocratie et la bonne gouvernance, et se penche sur la nouvelle décision de son gouvernement d’inclure les voix de l’opposition et d’acteurs non-Étatiques dans le discours politique. Il parle également de la fabrication, de l’industrialisation, de l’indigénisation et de la création d’emplois, ainsi que certaines des questions plus graves touchant la Corne de l’Afrique.

African Business est disponible au format numérique via http://www.exacteditions.com/africanbusiness et sur les app stores Apple et Android.

À propos d’African Business Magazine

African Business (http://www.africanbusinessmagazine.com/) est le magazine d’affaires panafricain le plus vendu. Très respectée pour la qualité de son travail, l’équipe rédactionnelle a remporté plusieurs prix internationaux. African Business offre à ses lecteurs tous les outils nécessaires pour leur permettre de conserver une longueur d’avance en termes d’informations sur le continent africain qui évolue rapidement. Les suppléments abordent des secteurs très divers, notamment les transports, l’énergie, les mines, la construction, l’aviation et l’agriculture.

Facebook :  African Business Magazine

Twitter :  @AfricanBizMag; #AJBIFevent

Instagram :  AfricanBusiness

Contact : Audrey Mpunzwana – a.mpunzwana@icpublications.com.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on StumbleUpon
Back to news listing